En savoir plus sur Examath 5-8 (sans engagement) :

Acheter
S'abonner
Essai Gratuit !

INFORMATION LIVRAISON : La livraison du logiciel Examath 5-8 est prévue pour la seconde partie de novembre 2021. Nous vous tiendrons informés si les délais devaient légèrement dépasser.

PRÉSENTATION D’EXAMATH 5-8

Examath 5-8 est un logiciel de bilan de la cognition mathématique destiné à évaluer les représentations et conduites numériques, le calcul, la résolution de problèmes, le raisonnement verbal et non verbal, le lexique spécifique, chez des enfants de la GSM au CE1, qui sont donc au début de l’apprentissage formel des mathématiques.

En couvrant un large panel de domaines mathématiques, le logiciel Examath 5-8 permet de dresser un portrait global des habiletés mathématiques de l’enfant afin de mesurer l’ampleur du retard mathématique, d’objectiver un trouble spécifique des apprentissages en mathématiques (TSAM), en référence aux critères du DSM-5 ou, à tout le moins, d’émettre des hypothèses diagnostiques. Au jeune âge de 5-8 ans, un diagnostic de « à risque de trouble des apprentissages en mathématiques » est parfois le seul possible.

LES OBJECTIFS D’EXAMATH 5-8

  • Dresser un portrait global des habiletés mathématiques de l’enfant afin de mesurer l’ampleur du retard mathématique.
  • Mettre à disposition des professionnels des épreuves évaluant les habiletés numériques de base dans le but d’apporter des informations indispensables au repérage d’un déficit cognitif numérique.
  • Produire un outil adapté à l’usage des orthophonistes cliniciens, c’est-à-dire qui se montre capable de respecter le temps imparti aux bilans en exercice libéral tout en permettant des hypothèses diagnostiques aussi précises que possible dès la ou les première(s) consultation(s).

LES ATOUTS

    • Examath 5-8 s’appuie sur des modèles théoriques récents et rigoureux
    • Des qualités psychométriques très solides : standardisation, validité , fidélité. Les analyses de chaque critère sont bien détaillées dans le manuel.
    • Des épreuves communes et d’autres spécifiques selon le niveau scolaire
  • Randomisation : liberté de proposer les épreuves sans ordre pré-établi.
  • Présentation des résultats ergonomique (graphique général des performances par modules, graphiques et normes pour les résultats principaux, résultats détaillés)
  • Résultats imprimables et exportables en version word ou pdf
  • Accès permanent aux réponses du patient
  • Possibilité de modifier un score en post-cotation
  • Un univers graphique qui plait aux jeunes enfants
  • Des consignes de passation et de cotation accessibles à tout moment
  • Des arrêts automatiques pour certaines épreuves si trop d’échecs consécutifs pour ne pas que les jeunes sujets se découragent
  • L’intégration du logiciel Examath 5-8 dans l’espace Evaluation de la plateforme HappyNeuron Pro, avec la sauvegarde de vos données patients sur un serveur sécurisé agréé “données de santé” et des mises à jour automatiques
  • Compatibilité avec HappyScribe et OrthoScribe. (Prochainement)
  • Dans le manuel, retrouvez :
    • des modèles de démarche évaluative en fonction de la plainte
    • des pistes diagnostiques
    • des exemples de démarches diagnostiques à partir de manifestations cliniques

En savoir plus sur Examath 5-8 (sans engagement) :

Acheter
S'abonner
Essai Gratuit !

L’ÉTALONNAGE

Les passations ont été effectuées de mi-mars à mi-juin 2021 pour les 339 enfants tout-venants dont les données permettent de constituer des normes en trois niveaux d’étalonnage (GSM, CP et CE1) et elles se sont poursuivies jusqu’à la fin juin pour 83 enfants avec difficultés dont les données permettent de réaliser des études de validité psychométrique. Chaque classe d’étalonnage comprend une centaine d’enfants (de 97 à 124). Les enfants ont été recrutés sur l’ensemble du territoire français et ont été testés par 75 orthophonistes et 3 étudiantes en orthophonie effectuant leur mémoire de fin d’étude sous supervision des deux co-auteures.

La passation s’est effectuée en une à trois fois pour chaque enfant. Dans la condition « étalonnage », chaque enfant tout venant s’est vu proposer la totalité des épreuves correspondant à son niveau, ce qui n’est pas à intégrer dans une pratique clinique courante. Le temps moyen par enfant en pratique clinique est variable selon les enfants et les épreuves proposées par les orthophonistes, en moyenne autour de 45-60 minutes.
Afin de faciliter l’utilisation ultérieure de cette batterie en pratique clinique, l’administration de la batterie a été pseudo-randomisée : les épreuves ont été présentées aux enfants dans un ordre pseudo-aléatoire et variant à chaque passation. La randomisation d’un test permet d’éviter un effet de fatigabilité qui porterait sur les mêmes épreuves en fin de protocole, ainsi qu’un effet de non-familiarité portant sur les épreuves en début de protocole.

 

> Pour en savoir plus sur le contexte théorique, cliquez ici.

EXAMATH 5-8 EN DÉTAIL

Examath 5-8 comporte 7 modules et contient 34 épreuves, ainsi qu’une épreuve de dépistage.
Pour les classes de GSM, CP et CE1

Zoom sur 3 épreuves originales d’Examath 5-8

Examath 5-8 propose des épreuves classiques telles que comparer des nombres, énoncer la comptine numérique, dénombrer des ensembles, lire et écrire des nombres, effectuer un calcul ou résoudre un problème verbal. En revanche, la batterie propose aussi des épreuves novatrices et originales. En voici trois exemples :

Jugement de dénombrement
Cette épreuve d’Examath 5-8 s’inspire des travaux de Geary et al. [1,2] et consiste à montrer à l’enfant une vidéo d’un personnage dénombrant une collection et à lui demander de juger si le personnage compte bien. Cette épreuve, en complément d’une épreuve de dénombrement plus classique (répondre à la question « combien ? » ou à la consigne « donne-moi n objets ») qui serait échouée, permet de circonscrire si l’enfant n’a pas acquis les principes de dénombrement [3] ou s’il les comprend mais ne parvient pas à les utiliser.

Illustration de la tâche de jugement de dénombrement (Dénombrement Compréhension). La fille compte chaque ballon de bas en haut jusqu’à 5, une voix off dit « La fille dit qu’elle trouvera le même nombre si elle commence par ici [en commençant par le ballon du haut], c’est vrai ou c’est faux ? »

Résolution de problèmes non verbaux
Cette épreuve d’Examath 5-8 est innovante dans la mesure où elle permet d’évaluer la capacité de l’enfant à résoudre un problème mathématique contextualisé sans recourir à un énoncé verbal. Mise en parallèle avec l’épreuve de résolution de problèmes verbaux, cette épreuve peut permettre de nuancer entre des difficultés de raisonnement sur les histoires mathématiques de manière générale et celles sur un format verbal uniquement.

Illustration de la tâche de Résolution de problèmes non verbaux. Une séquence d’images défile sur l’écran. Puis sur l’image réponse, l’enfant doit indiquer à l’orthophoniste le nombre d’objets nécessaires pour résoudre le problème. En cas d’échec, l’enfant peut donner une nouvelle réponse à partir du récapitulatif de l’histoire qui apparait.

Jugement de quantités en contexte
Cette épreuve d’Examath 5-8 est aussi une création originale : elle permet d’évaluer les connaissances numériques que l’enfant a sur le monde qui l’entoure sans avoir besoin de recourir à un énoncé verbal : il·elle doit juger de la plausibilité d’images comportant des quantités.

Illustration de la tâche de Jugement de quantités en contexte. L’enfant doit cliquer sur l’image qui est “bizarre”.

L’épreuve de dépistage

L’épreuve de dépistage permet une première approche lors de bilans moins spécifiques dans cette tranche d’âge où la plainte de surface est encore peu fréquemment ciblée sur les apprentissages mathématiques.

Références
[1] Geary, D. C., Hoard, M. K., & Hamson, C. O. (1999). Numerical and arithmetical cognition: Patterns of functions and deficits in children at risk for a mathematical disability. Journal of experimental child psychology, 74(3), 213-239.
[2] Geary, D. C., Hamson, C. O., & Hoard, M. K. (2000). Numerical and arithmetical cognition: A longitudinal study of process and concept deficits in children with learning disability. Journal of experimental child psychology, 77(3), 236-263.
[3] Gelman, R., & Gallistel, C. R. (1986). The child’s understanding of number. Harvard University Press.
American Psychiatric Association (2013). Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5). APA.
American Psychiatric Association (2016). Mini DSM 5 Critères diagnostics. Elsevier Masson.

Présentation des résultats

Le programme propose une présentation des résultats quantitatifs à la fois exhaustive, précise et lisible.

4 modes de présentation : 

  • ordre par défaut : affichage des résultats selon l’ordre d’affichage des modules et épreuves dans le programme
  • ordre de passation : affichage des résultats selon l’ordre de passation des épreuves
  • ordre croissant : affichage des performances (épreuves) des moins réussies aux plus réussies
  • ordre décroissant : affichage des performances (épreuves) des plus réussies aux moins réussies

Présentation générale des résultats

Mode graphique de synthèse

Un affichage des résultats sous forme d’un graphique de synthèse est également disponible (c’est le cas aussi dans l’Examath 8-15). Il “compile” les résultats des différentes épreuves / modules, ce qui permet de dresser un profil général et constitue une première approche des performances du patient avant de regarder en détail (mode tableau) ses résultats. Avec son code couleur simple, ce graphique est, par ailleurs, facilement compréhensible pour les parents du jeune patient.

Ce graphique de synthèse est dynamique dans la mesure où au survol du curseur de la souris sur une “tranche” de percentile, vont s’afficher les différents scores.

Mode tableau

Sur l’écran principal des résultats sont affichés : 

  • les scores bruts positionnés automatiquement positionnés dans leur tranche de percentile
  • les seuils des percentiles (score et temps) afin d’affiner l’analyse des résultats (voir, par exemple si le score du patient est tout proche ou non du percentile supérieur ou inférieur) A noter l’ajout du percentile 7 pour situer plus finement encore les performances du patient.
  • les commentaires que la thérapeute a pu écrire tout au long du bilan (un champ “commentaires” est disponible à la fin de chaque épreuve ; ceux-ci peuvent être modifiés et enrichis par la suite)

Résultats détaillés

A partir de l’interface principale des résultats, accès aux résultats détaillés, avec : 

  • l’affichage de toutes les réponses du patient 
  • l’affichage des temps de réponse/item, en fonction des épreuves
  • l’accès aux tableaux “stratégies de dénombrement et de calcul” pour une cotation post passation du bilan des stratégies de comptage déployées par le patient
  • un champ “commentaires” pour écrire des observations/analyses ou compléter celles déjà écrites au fur et à mesure des épreuves passées. Ces commentaires se retrouveront directement dans l’édition du compte-rendu.
  • la possibilité de modifier une cotation (en raison d’une erreur de manipulation, par exemple)

LES AUTEURES

Marie-Christel Helloin, co auteure Examath 5-8, logiciel d'évaluation de la cognition mathématique

Marie-Christel Helloin

Orthophoniste

Formatrice et chargée de cours pour le département d’orthophonie de Rouen, Maître de mémoire

Co-auteure de 4 batteries Exalang et de plusieurs logiciels de remédiation

Anne Lafay, co auteure Examath 5-8, logiciel d'évaluation de la cognition mathématique

Anne Lafay PhD

Maîtresse de conférences universitaire

Département de psychologie, Université Savoie Mont Blanc

Laboratoire de Psychologie et NeuroCognition – UMR CNRS 5105

Orthophoniste, membre de l’Ordre des Orthophonistes et Audiologistes du Québec

QUESTIONS/RÉPONSES

Dites-nous, après Examath 8-15, DéCaLigne, SUBéCAL, voilà Examath 5-8. Vous êtes inséparables 🙂 Ce projet était-il dans les cartons depuis longtemps ?

AL: Je confirme qu’on forme un binôme où l’ambiance est très chouette ! Ça nous permet de développer nos projets avec sérénité et ça ne nous empêche pas de vivre des conversations animées et passionnées ! Examath 5-8, on en parlait déjà lorsqu’Examath 8-15 est sorti : quelques jours après la sortie du grand, on créait le document Word de travail du petit ! 🙂

MCH : Inséparables, en effet ! Il se passe rarement plus de 24h en ce moment sans que l’on n’échange ou travaille ensemble, et comme l’indique Anne toujours dans un climat serein et constructif. C’est appréciable et source d’émulation. Nos profils et expériences sont très complémentaires, et nous nous enrichissons mutuellement depuis le début de cette aventure.

Pourquoi vous paraît-il nécessaire d’évaluer si tôt les habiletés numériques ?

AL: Il nous semblait nécessaire de développer un outil d’évaluation mathématique pour les jeunes enfants de 5 à 8 ans car il est important de repérer le plus tôt possible les enfants présentant un trouble des apprentissages en mathématiques, de repérer très jeunes les enfants présentant un risque de développer des difficultés importantes ou un trouble des apprentissages en mathématiques dans les années à venir handicapant les apprentissages scolaires et le développement de la pensée. Cela permet d’intervenir au plus tôt, parfois de manière préventive avant que les difficultés ne s’installent de manière trop importante.

MCH : Dans nos cabinets, lorsque nous recevons de jeunes enfants pour une plainte portant sur le langage oral ou le langage écrit ou parfois plus diffuse sur l’entrée dans les apprentissages, il n’est pas rare de relever des indices évoquant aussi des difficultés avec le traitement du nombre, le calcul, le raisonnement mathématique. Ces difficultés sont peut-être encore actuellement sous-diagnostiquées alors que la littérature nous indique que la comorbidité est fréquente avec d’autres troubles des apprentissages ou les troubles développementaux du langage et que la prévalence est similaire à celle des troubles du langage écrit. Aussi, il nous a paru important d’ajouter un nouvel instrument fonctionnel d’évaluation dans la “boite à outils” de nos collègues orthophonistes.

La question vous avait été posée pour l’Examath 8-15, mais elle semble plus pertinente encore sur pour la tranche d’âge 5-8 ans : l’outil informatique est-il réellement adapté à l’évaluation des habiletés mathématiques, dans la mesure où les manipulations concrètes, avec des objets physiques y sont impossibles ?

AL: Utiliser des objets de manipulation est un moyen d’évaluation (et d’intervention) possible. L’outil informatique en est un autre. Il présente plusieurs avantages tels que la standardisation de la passation et de la notation des épreuves et l’automatisation du scorage. Il s’éloigne aussi du format scolaire classique : en ce sens, il est une source de motivation chez l’enfant ; cela nous paraît important dans le contexte d’enfants qui sont évalué·e·s sur des compétences pour lesquelles ils·elles présentent des difficultés.

MCH : La présentation des épreuves s’est voulue ludique avec soit des objets et images fixes soit parfois des objets et personnages en mouvement qui permettent alors de reproduire les effets de la manipulation ; c’est alors l’orthophoniste qui manipule pour l’enfant à l’écran. Cela peut aussi éviter que l’enfant se disperse dans une manipulation de l’objet, pour l’objet en lui-même, en évitant ainsi d’allonger le temps de passation. Cependant dans une des épreuves de raisonnement numérique (résolution de problèmes), nous proposons l’utilisation de jetons en complément quand l’enfant n’est pas en capacité de raisonner mentalement ou à l’aide de papier-crayon. Cette possibilité participe alors à une évaluation dynamique de l’enfant afin d’objectiver non seulement les difficultés mais surtout de repérer le niveau d’étayage qui est nécessaire pour l’enfant et lui permet de fonctionner.

La batterie contient 34 épreuves. Leur passation n’est-elle pas trop longue pour des jeunes enfants ?

AL: La batterie contient beaucoup d’épreuves car nous avons essayé de balayer les nombreuses habiletés numériques ou mathématiques qui sont importantes à maîtriser à ces âges et pour le développement des futures habiletés mathématiques. Toutefois, l’orthophoniste fera le choix des épreuves en fonction des difficultés de l’enfant rapportées par l’enfant et sa famille et en fonction des premières observations qu’il ou elle fera.

MCH: En effet c’est bien l’orthophoniste qui construit le parcours de test de son patient dans une démarche hypothético-déductive. A cet effet, nous proposons dans le manuel une démarche à partir de 3 épreuves socles qui permettront d’orienter le parcours et la sélection des épreuves utiles à l’évaluation. Tout comme dans Examath 8-15, le mantra est “on ne fait pas tout passer” 😉

Des recommandations spécifiques pour l’épreuve de Dépistage ? Dans quels cas la faire passer ? A quels patients ?

MCH : Ainsi que je l’indiquais auparavant, lorsque l’on reçoit un jeune patient de cet âge, la plainte peut être diffuse sur l’entrée dans les apprentissages, ou encore l’évaluation du langage oral de l’enfant, l’évolution de la rééducation amène l’orthophoniste à se poser la question de difficultés contigües ou secondaires concernant les habiletés numériques et les apprentissages mathématiques. Cette épreuve a été pensée pour répondre à ce questionnement et permettre à l’orthophoniste d’avoir un premier aperçu rapide des différentes habiletés mathématiques de l’enfant, au décours d’un bilan de langage oral et ou écrit, ou au cours de la rééducation afin d’orienter si nécessaire vers un bilan spécifique et complet des habiletés mathématiques de l’enfant.

Quelles sont les évolutions ergonomiques dont vous êtes le plus satisfaites sur cette nouvelle batterie ?

MCH : Comme les autres batteries informatisées de la gamme, l’informatisation décharge l’orthophoniste de la notation des scores, de la cotation, des calculs de référence aux normes et rassemble automatiquement les résultats dans une interface dédiée. Dans cette nouvelle batterie, la cotation est encore plus automatisée pour la plupart des épreuves et de plus, les réponses de l’enfant sont enregistrées une à une par le programme et peuvent être retrouvées dans les pages “Détails” du module de résultat, facilitant ainsi au delà des mesures quantitatives, une analyse qualitative des productions du patient. Par exemple, lors d’un item de choix d’image parmi plusieurs, on retrouvera dans l’interface des résultats la réponse à l’item sur des vignettes reproduisant la cible et les distracteurs. Cela limite grandement la nécessité de noter les réponses ou erreurs de l’enfant pendant la passation, en libérant ainsi de la ressource pour l’observation de l’enfant, l’analyse de ses stratégies et les échanges avec lui.
Nous sommes également ravies de la qualité graphique des illustrations et des interfaces dans ce programme, qui permettront de rendre, nous l’espérons la passation agréable pour l’enfant et aussi… l’orthophoniste.

Certaines épreuves de la batterie testent-elles les compétences dites “logico-mathématiques” ?

AL : Examath 5-8 ne comportent pas d’épreuves issues directement des travaux de Piaget sur les structures logiques dites élémentaires. En revanche, elle propose des épreuves permettant l’évaluation du raisonnement et donc de la logique dans des contextes divers, à savoir numérique et non-numérique et verbal et non-verbal par exemple.

Comment s’est passé l’étalonnage dans ce contexte si particulier ? Avez-vous pu vous rendre dans des écoles par exemple ?

MCH : En 2020, premier coup de tonnerre, alors que le programme est quasi abouti, la situation sanitaire et le premier confinement ont contraint à reporter la finalisation du logiciel et la phase d’étalonnage prévue au printemps. L’étalonnage a donc été prévu au printemps 2021 pour respecter une cohérence avec la période d’étalonnage de la précédente batterie Examath 8-15. Du fait de l’évolution incertaine et du maintien des contraintes sanitaires, lors de la préparation de la nouvelle campagne d’étalonnage 2021, nous avons anticipé la difficulté de réalisation de phases d’étalonnage systématiques en milieu scolaire et nous avons organisé l’étalonnage différemment. La plupart des enfants participant à l’étalonnage ont donc été recrutés et testés individuellement par notre cohorte de testeuses et testeurs, à l’extérieur de leurs écoles. Quelques-unes de nos testeuses ont cependant pu obtenir des autorisations d’intervention en école, certes moins nombreuses que lors de l’étalonnage d’Examath8-15, ce qui leur a permis de se constituer en petite équipe voire individuellement de tester un classe entière à petit effectif et parfois à cours double !

MCH : Nous profitons de cette question pour faire part de notre reconnaissance infinie à toutes les testeuses et testeurs qui nous ont accompagnées avec détermination dans cette campagne et qui n’ont “rien lâché” malgré les contraintes et circonstances sanitaires.

AL : Oui, L’annonce du dernier “semi-confinement” de printemps, alors que la campagne d’étalonnage était lancée, a généré quelques sueurs froides, mais grâce à la ténacité de nos collègues et quelques ajustements de calendrier, nous avons recueilli le nombre de données attendues et même plus !

Question très pratique : si la thérapeute reçoit un patient de 8 ans, elle lui fait passer l’Examath 5-8 ou l’Examath 8-15 ?

MCH : Si l’orthophoniste reçoit un·e patient·e de 8 ans, il·elle pourra choisir entre Examath 5-8 et Examath 8-15 selon la classe de l’enfant et le moment de l’année. L’étalonnage d’Examath 5-8 a été concentré sur la période mi-mars à mi-juin et l’étalonnage d’Examath 8-15 sur la période fin mars à fin mai, donc à des périodes identiques de l’année scolaire. Cela permet une bonne continuité entre les deux batteries.

AL : Par exemple, si l’enfant a 8 ans et est en fin de CE1 ou commence tout juste son CE2, il est préférable d’utiliser Examath 5-8. Si l’enfant a 8 ans et termine son CE2, il est préférable d’utiliser Examath 8-15.

Pour l’Examath 8-15, le fait de pouvoir poser des questions cliniques, échanger sur des cas sur un groupe fermé facebook est très largement plébiscité ; en sera-t-il de même pour l’Examath 5-8 ?

AL: Tout comme pour Examath 8-15, nous encourageons les orthophonistes utilisant Examath 5-8 à rejoindre la communauté “Examath” sur Facebook pour échanger entre professionnel·le·s. Le groupe est modéré par Happyneuron et les échanges se font entre les orthophonistes. Il ne s’agit pas d’un espace dont nous sommes en charge et sur lequel nous répondons systématiquement. Nous préférons laisser les utilisateurs et utilisatrices développer leur communauté de pratique, nous “passons” régulièrement lire ce qui s’y dit et nous intervenons de temps en temps.

Des formations en présentiel et/ou à distance seront-elles proposées ?

AL: Oui, bien sûr !

MCH : Il y a déjà des dates de retenues dans certaines régions et des projets de formation sur des formats différents en cours de réflexion avec l’équipe HappyNeuron.

D’autres projets à venir ?

MCH : ouh là, nous avons plein de projets dans la tête. Pour certains projets, toujours communs, avec Anne, une trame est déjà rédigée. Comme après la sortie d’Examath 8-15, nous nous pencherons probablement de nouveau sur des outils d’intervention, dans l’immédiat, car la construction d’un outil d’évaluation est un projet de très longue haleine et complexe dans les différentes phases de sa réalisation. Mais l’évaluation reste néanmoins au cœur de notre réflexion.

Par les mêmes auteures :

1 outil d’évaluation et 2 outils d’intervention
pour les troubles d’apprentissage en mathématiques

Examath 8 15 : test dyscalculie et bilan orthophonique mathématique pour les 8-15 ans, évaluation de la cognition mathématique

Examath 8-15 est un logiciel de bilan orthophonique destiné à évaluer les représentations et conduites numériques, le calcul, la résolution de problèmes, le raisonnement verbal et non verbal, le lexique spécifique, chez des enfants du CE2 à la 3ème. Examath 8-15 a pour but de dresser un portrait global des habiletés mathématiques de l’enfant afin de mesurer l’ampleur du retard mathématique.

Décaligne exercices Dyscalculie, jeux dyscalculie et exercices rééducation logico mathématique et cognition mathématique issus de LaLigne Numérique Examath 8 15 - Logo

Ce programme est centré sur le sens des nombres et cible principalement l’amélioration du système numérique approximatif (SNA). Il permet de stimuler les représentations numériques, ainsi que les capacités en calcul (addition et soustraction) chez les enfants et adolescents. Il permet de travailler le positionnement des nombres symboliques (écrits ou oralisés) sur une ligne horizontale pour aider le patient à mieux se les représenter mentalement. Pour évaluer précisément les progrès du patient, plusieurs lignes de base sont disponibles.

SUBéCAL : logiciel de rééducation de la cognition mathématique et dyscalculie pour l'amélioration du subitizing et des compétences de calcul, numération, quantification, sens du nombre. logo Subécal

Ce programme est centré le système numérique précis (SNP). Il s’agit de travailler le processus de subitizing acquis par exposition avec les petites quantités, et notamment augmenter la vitesse de traitement. Ce programme vise également la stimulation des compétences en calcul mental. Le patient est amené à réaliser des calculs simples mentaux, en s’appuyant sur la visualisation des petites quantités et sur la décomposition des plus grandes quantités.