HappyNeuron Pro : Stimulation, Rééducation et Remédiation Cognitives

Mémoires primés 2016

Évaluer les troubles neurovisuels chez Les enfants avec troubles cognitifs et/ou comportementaux

Auteures : Elodie BAILET et Océane ZARATTIN

Directrice : Sylvie Chokron, orthophoniste, directrice de recherche CNRS

Université : Paris VI

Nombre de pages (annexes incluses) : 117

 

 

Résumé :

Cette étude avait pour but d’évaluer les troubles neurovisuels (TNV) chez les enfants avec troubles cognitifs et/ou du comportement. Cette population a été explorée tout au long de ce mémoire car plusieurs auteurs rapportent la présence fréquente d’atypies visuelles chez des enfants avec troubles du développement intellectuel mais aussi chez ceux avec des troubles envahissants du développement (TED). L’étude de la littérature a témoigné d’un manque d’outils afin d’effectuer une évaluation adaptée à cette population, c’est pourquoi, nous avons élaboré une nouvelle batterie de dépistage pour enfants non coopérants : la B.E.N.CO. Dans l’optique de mettre en évidence de surcroît, les processus préservés et atteints chez des enfants difficilement testables. De fait, cette batterie évalue plusieurs compétences : visuelles, visuo-motrices, mnésiques, attentionnelles, cela sans nécessiter de participation très active de la part de l’enfant.
Cet outil de dépistage a prouvé sa validité, sa sensibilité ainsi que sa spécificité. En effet, la mise au point de cette batterie a permis de tester un large panel d’enfants souffrant de troubles cognitifs et par conséquent de confirmer notre hypothèse selon laquelle ils sont davantage susceptibles d’être porteurs de TNV que la population générale. Ainsi, il a été retrouvé un pattern de troubles neurovisuels particulier chez les patients avec TED, chez ceux présentant une trisomie 21 et chez ceux avec une DI et des troubles du langage.
Cela met en exergue l’intrication existant entre les TNV et le développement cognitif, et ouvre de nouvelles voies d’investigation pour le diagnostic de ces enfants. De plus, il a été démontré le lien exigu entretenu entre la vision et le développement socio-communicatif et par conséquent l’enchevêtrement complexe des TNV et des troubles de la relation. En effet, les spécificités neurovisuelles observées pourraient expliquer une partie des troubles de la relation, notamment le trouble de la fixation visuelle, retrouvés chez les enfants autistes ou encore chez les trisomiques 21 possédant des traits autistiques.
La prise en charge des troubles neurovisuels est déjà reconnue pour ses effets bénéfiques sur le développement cognitif de l’individu mais des recherches soulignent également son impact sur l’amélioration des troubles du comportement observés. L’orthophoniste est au coeur de la prise en charge des troubles cognitifs et de l’interaction relatifs à ces enfants ou encore aux troubles du langage. Ce professionnel est donc un des premiers intervenants à agir concernant la rééducation et l’évaluation des troubles neurovisuels. Ainsi, compte tenu de la prévalence des troubles de la cognition visuelle au sein de ces deux populations et du retentissement délétère de tels troubles sur le développement de l’enfant une prise en charge précoce des TNV permettrait de potentialiser les habiletés intellectuelles, perceptives, sociales et motrices du sujet.

(Consulté 608 fois)